Jamie Oliver's Food Revolution



Mi-avril commençait sur la chaîne américaine ABC la 2ème saison de la Jamie Oliver's Food Revolution. Après s'être attaqué aux cantines britanniques, Jamie Oliver a tenté d'ouvrir les yeux d'une ville de Virginie Occidentale (ville la moins saine des Etats Unis), Huntington. La bataille fut difficile mais il a réussi à avancer et faire bouger les choses.
Dans la nouvelle saison, Jamie Oliver essaie avec une plus grosse proie : Los Angeles. Ce qu'il a derrière la tête, c'est de changer - en mieux - les repas servis dans les écoles d'une des villes les plus influentes afin de mobiliser ensuite tout le pays et puis le monde. Quel autre pays que les USA a autant d'impact sur le monde ? (qu'on le veuille ou non). MacDo' est bien présent PARTOUT, alors pourquoi ne pas tenter d'inverser la tendance mondialement ? Sauf que dès le début, les obstacles qu'il rencontre sont plus importants qu'une cantinière bornée qui refuse de changer quoi que ce soit.

Jamie Oliver’s Food Revolution

Le rectorat de Los Angeles refuse la présence de Jamie Oliver dans les écoles. Lorsque, à une réunion autour du lait aromatisé, il pointe du doigt le trop plein de sucre (inutile), on lui fait comprendre qu'il n'est pas le bienvenu.
Jamie Oliver’s Food Revolution

C'est tout le sucre ajouté, uniquement pour le lait aromatise, en une semaine, dans les école de Los Angeles
Quand il demande à parler à des responsables, on lui dit d'accord face caméra et puis enfin, c'est le stagiaire de la secrétaire de l'assistant de... qui dit "va te faire cuire un œuf".
Quand enfin, une personne faisant partie de l'administration d'un lycée met sa place en jeu pour le faire rentrer dans l'établissement, plus Jamie Oliver arrive à avancer quelque part, plus on le pousse vers le placard : interdiction de pénétrer dans la cafétéria, et bien sûr, encore moins dans les cuisines, de parler aux élèves de leurs déjeuners etc. Les seuls élèves qu'il peut approcher sont ceux qui suivent des cours d'arts culinaires. Et quand il obtient enfin de préparer 150 repas avec la promesse d'en préparer plus si les 150 sont mangés et appréciés, son équipe d'élèves, leurs chariots pleins de déjeuners nourrissants et équilibrés, et lui, ont été littéralement mis dans un coin à l'extrémité du campus.
En parallèle, le chef britannique a essayé de transformer le menu d'un fast-food indépendant, existant depuis pas loin de 35 ans, mais là aussi, le dialogue est difficile. Son objectif étant, ici, de prouver que restauration rapide ne rime pas forcément, avec nourriture malsaine et sans goût. Même si le propriétaire affirme que la dernière chose qu'il souhaite est de rendre les gens malades, il insiste fermement sur le fait que personne n'est forcé de manger dans les fast-foods et qu'il a lui aussi une famille à nourrir. C'est à cause de ça qu'il n'est pas du tout prêt (pendant un sacré moment) à changer son menu puisqu'il craint que ses clients n'apprécient pas et donc, qu'il ne remplisse plus sa caisse.
Mais ce que je ne comprends pas, c'est la non-volonté de ceux qui ont le pouvoir d'aider à changer pour le mieux. Sans même parler du rectorat de Los Angeles, parlons de ABC. Les deux premiers épisodes ont été diffusés mi-avril le mardi à 20h puis on a eu droit à Danse avec les stars jusqu'à ce qu'ils se décident ENFIN à programmer le troisième épisode vendredi dernier (3 juin) à 21h (l'audience étant plus forte à 20h puisque les américains dînent en général aux environs de 18h). Pire, dans certains états (d'après les réactions sur Facebook), la diffusion de 21h a carrément été reprogrammée à 1h du matin. Étant chez une copine, j'ai regardé cet épisode sur le site de la chaîne. Je regarde souvent des épisodes que j'ai ratés en prime time (les Maçons du Cœur, notamment) et avant chaque épisode, il y a toujours un message "cet épisode vous est présenté avec de la publicité limitée. Sponsorisé par : marque X ou Y". Là, personne ne sponsorise. Je ne comprends pas. J'ai l'impression que tout ça cache quelque chose et je me demande bien quoi. C'est Monsanto qui boycotte tout ça ou quoi ?
En attendant, sa façon de marquer le plus les esprits et le plus efficacement possible, c'est en choquant les jeunes. Après l'expérience des nuggets de poulet (qui pour la première fois de sa vie, avait échouée)

dans ce troisième épisode, face à un public d'ados, Jamie Oliver a démontré l'expérience du sundae : encore pire. Limite à vomir!
Je pense qu'il faut donc vraiment ouvrir les yeux et agir. Je ne dis pas de ne consommer que le produit de votre potager bio. Je dis juste : faisons attention à ce que l'on met dans notre assiette.
Par exemple, avant de mettre tel article dans votre caddie, si vous avez l'impression de lire un cours de chimie en lisant la liste des ingrédients, reposez ce que vous avez dans les mains. Si vous en avez vraiment besoin, cherchez un équivalent avec le moins d'ingrédients possibles (l'idéal étant de trouver le produit pour lequel on est capable d'identifier chaque ingrédient), sinon, tant pis.
Ne serait-ce que ça.
Si vous pouvez et/ou si vous vous en donnez les moyens, il y a encore mieux :
-Allez au marché, et intelligemment. Comme je l'ai lu de Jean-Pierre Coffe dans ce livre, ce qu'il faut faire c'est commencer par faire le tour du marché et repérer les producteurs. Pas grand intérêt d'acheter les mêmes légumes passés en frigo, que ceux du supermarché. En achetant directement au producteur, non seulement vous ferez des économies mais en plus, vous favoriserez l'économie locale, vous mangerez des fruits et légumes goûteux, cueillis à maturité et de saison (saviez-vous qu'il y a aussi des saisons pour la viande, le poisson et le fromage?) et avec un minimum de transport (ce qui est plutôt appréciable pour l'environnement, n'est-ce pas?)
-Essayez de cuisiner un maximum. Le fait-maison, c'est toujours le meilleur moyen de savoir vraiment ce qu'il y a dans ce que l'on mange. Ca ne prend pas toujours beaucoup de temps et ça permet de penser à autre chose pendant un moment et d'apprécier pleinement le contenu de notre assiette.
-Dans les gestes simples que l'on peut faire à la maison ou au bureau : faire réchauffer quoi que ce soit au micro-ondes, on sait tous que ce n'est pas génial. Pour faire moins pire, ne faites pas réchauffer vos aliments dans vos tupp' mais dans votre assiette. Certaines molécules du plastique migrent dans la nourriture, comme le bisphénol A. Alors, même si le débat sur sa toxicité se poursuit (sauf au Canada, premier pays à le déclarer officiellement toxique), par précaution... et puis, de toute façon, vous allez manger dans une assiette alors mettre votre repas dans une assiette avant ou après passage au micro-ondes, quelle différence?

Il y a plein de petites choses que chacun peut faire au quotidien, pour notre bien-être personnel, avant tout, et qui aura par la suite, des bienfaits bien plus importants.
Pour aider Jamie Oliver aux Etats Unis, à frapper plus haut et plus fort (la Maison Blanche, rien que ça!) en espérant que ses actions contamineront bien plus que les USA, deux choses à faire :
1) signer la pétition (objectif : 1 million!)
2) faire partie du groupe Facebook et suivre l'actualité de la campagne.


Jamie Oliver a remporté le prix Ted en 2010 et expose ici ce qu'il veut changer (en anglais seulement, encore une fois, je suis navrée).
Ce qui me fait penser que, si la 2ème saison lutte pour sa simple diffusion, la première saison a été récompensée par un Emmy Award. C'est moi ou il y a vraiment un truc qui cloche?
---


Last April began the second season of the Jamie Oliver's Food Revolution on ABC. After tackling the problem of food in British schools, Jamie Oliver tried to open the eyes of the population in Huntington, West Virginia, USA (the unhealthiest city in America, at this time). That was tough but he managed to go forward and make things change.
In the new season, Jamie Oliver's aim is a tiny bit bigger: Los Angeles. His goal is to change meals - to be better - served in the schools of one of the most influent cities in order to get all the country rally and then the whole world. What other country but the USA has so much impact on the world? (whether you like it or not). MacDonald's is present EVRYWHERE so, why not trying to reverse the trend globally? But since the begining, he has encountered bigger obstacles than a stubborn school cook who refuses to change anything.

Jamie Oliver’s Food Revolution

The board of education of Los Angeles refuse Jamie Oliver to be in any school. When a conference about flavored milk takes place and he mentions how much (needless) sugar there is in it, he quicly understand that he is not welcome.


(this is not the same clip, but it still is impressive)

When he asks to talk to any person in charge, he gets a yes when the camera is on, but once off, the assistant's secretary's trainee's...answers "go and take a running jump".
When finally, a man working in a high school puts his job at stake letting Jamie Oliver in the school, the more the Naked Chef succeeds in going forward, the more he is pushed aside: forbidden to be in the cafeteria, even more in the kitchens, to talk to the students about their lunches etc. The ones he can approach are the culinary arts class students. And when he obtains to prepare 150 meals and the promise to be allowed to make more a next time, if the 150 are eaten and appreciated, his team, their trolleys full of nourishing and healthy lunches, and him, they were put on the very end of the campus.
In parallel with the school work, the British chef attempted to modify the menu of an independant old-fashioned fast-food, exisiting for about 35 years, but there too, the dialogue is hard. His goal being here, to prove that fast-food doesn't necessarily mean unhealthy and tasteless. Even if the owner maintains that his last will is to make people sick, he also insists on the fact that nobody is forced to eat junk-food and he also has a family to support. This is why he is not ready at all (and for a long while) to change his menu for he fears that his clients don't like any new things and then, he wouldn't make as much money.
But what I really don't get, is the lack of interest, of will to help things be better from the people who have the power to DO something. Not even talking about the School District, let's talk about ABC. The first 2 episodes were broadcast last April on Tuesdays at 8pm, then, at that time was Dancing with the Stars until they FINALLY decide to broadcast the third episode last Friday (June 3) at 9pm. Worse, in some states (according to feedback on Facebook), it was cancelled at 9pm and moved to 1am. I was at a friend's that day, so I watched it on abc.com. I often watch shows I had missed (like Extreme Makeover: Home Edition) and before each and every episode there is always a message "This episode is presented with limited commercial. Sponsored by : brand X or Y". Not here, no sponsor. I don't understand. I really feel that something is hidden and I wonder what. Is Monsanto boycotting the whole thing or what?
So, to act somehow, anyway, his way to leave a mark in the people's mind, as efficiently as possible, is to SHOCK the youth. After the chicken nuggets experience (which had failed, for the first time, in West Virginia)

in this third episode, before a teenage audience, Jamie Oliver tried the sundae experience: even worse. Some were almost about the throw up!
So I deeply think that we need to open our eyes and act. I don't mean to eat nothing but what you've organically grown in your own garden. I just say: let's pay attention to what we put in our plates.
For example, before buying anything, if you feel like reading a chemistry lesson instead of the list of the ingredients, put back what you have in your hands on the shelves. If you really need that product, look for an equivalent with as few ingredients as possible (the goal is to find what we are looking for and for which we are able to identify each ingredient), otherwise, too bad, but no!
If we did just that, at least.
If you can and/or do everything to make it happen, there is even better:
-Go to the farmer's market. I don't know how it works in the world but I recently found out that markets only take place in the spring and summer here (for information, in France, it is 52 weeks a year, often several times a week). So my first time at a farmer's market will be soon but has not happened yet. That's why I don't know how it works down here but, for general acknowledgement (wherever you are), before buying anything, walk around the market and identify the farmers that really sell THEIR products, not resellers who more or less buy their foods where the supermarkets buy them too. Buying directly to the farmer, you will very certainly save money, you will support local economy, you will eat tasty fruit and vegetables in season and gathered at maturity (did you know that seasons also affect meat, fish and cheese?), and the carbon footprint would be reduced (isn't that great?).
-Try to cook as much as possible. Homemade food is the best way to really know what is in what you eat. It doesn't necesarily take that much time and it is a good way to think about something else for a while and to really enjoy your meal.
-Another simple thing you can adopt at home or at your workplace: well, microwave is not the best thing on Earth, everybody (should) knows that. To make things a little less bad, do not microwave your food in anything plastic but directly in your plate/bowl. Some of the plastic molecules migrate into your food, such as Bisphenol A. Even if debates still go on about its toxicity (except for Canada, first country to officially declare it toxic), it is not such a bad idea to be careful... and, whatever, you're gonna eat in a plate, so what's the big difference between putting your food in your plate before or after microwaving it?

There are so many simple things each of us can do everyday, for our own health, first, and then, that will have good and much bigger effects on numerous aspects.
To halp Jamie Oliver in the USA, to strike higher and stronger (he has an eye on the White House... just the White House! haha) and hope that his actions will influence much more than just Uncle Sam's country :
1) sign the petition (still 300,000 to go to reach 1,000,000)
2) join the Facebook group and follow Jme's Food Revolution news.



Jamie Oliver, 2010 Ted Prize Winner
It makes me think that, season 2 struggles to air when season 1 was awarded with an Emmy. Is it me or there is something wrong?

5 commentaires:

  1. la seconde vidéo ne fonctionne pas en dehors des us.
    je crois que la question est très très complexe.
    Mais elle se résume toujours à deux facteur: argent, pouvoir.
    Et ceux qui ont les deux ne mangent pas cette bouffe.

    RépondreSupprimer
  2. oui voilà, et c'est bien malheureux (j'essaie de trouver une autre vidéo, pas de abc, pour que vous puissiez la voir, merci Mook)

    RépondreSupprimer
  3. je ne trouve que cette vidéo (ajoutée par abc, ce doit être pour ça que c'est bloqué)
    j'ai mis une photo à la place.
    (je viens de regarder le 4ème épisode... autorisation de filmer pour n'importe quelle émission de télé, dans toutes les écoles de LA retirée. Parce qu'UN mec a décidé que c'était comme ça et qu'ils ont des règles à respecter et que sûrement que tous les enfants n'aiment pas ce qu'on leur donne à manger, mais c'est comme ça et pas autrement. Ô ma reine, on a toujours fait comme ça!)

    RépondreSupprimer
  4. ... C'est face à ce genre de choses qu'il faut ne pas laisser la fatalité s'installer...
    Mais face, comme tu dis, au pouvoir et à l'argent il n'y a que de la fatalité...
    Je pense tout de même que tout ceci peut toucher à petite échelle et changer quelques mentalités au fur et à mesure, sans passer directement par la ABC.

    (Rien à voir mais tu traduis tout en anglais ou Google Traduction s'en charge ? Car ça nécessite du temps!)

    RépondreSupprimer
  5. je ne crois pas que la fatalité soit forcée face à l'argent et au pouvoir, c'est juste que ça demande beaucoup de courage, de force et d'énergie pour les battre

    j'adapte souvent culturellement le contenu, donc pas google, mais mon petit cerveau, et ça prend un temps montre, je te l'accorde (surtout ce billet)
    Genre, si je dis "dans ce livre de coffe" en anglais, ils vont pas comprendre grand chose, surtout qu'ici, les marchés ne sont ouverts que l'été (un truc qui me sidère d'ailleurs!). Et puis, tout le monde le sait, les traductions automatiques, c'est pas top. Je préfère travailler mon anglais, rechercher et donc apprendre les mots que je ne connais pas. C'est du temps, mais c'est un autre moyen d'enrichir sa langue (au départ, si j'ai décidé de traduire, c'est surtout pour ça, pas tant pour toucher un public anglophone)

    RépondreSupprimer