Happy happy happy!


Bonjour à toutes et à tous.
Quelle matinée! J'ai passé à peu près 1 heure à sauter partout, à crier ma joie haut et fort, ce matin. Tout le monde se plaint tout le temps mais on oublie trop de dire quand on est content alors voilà.
Comme ce qui suit est, à mon avis, d'intérêt intersidéral (ouais rien que ça, c'est que je suis une fille modeste) : c'est mon premier billet bilingue. Merci de votre indulgence.


Happy happy happy!

Alors, par où commencer?

Parmi les différentes choses que le gouvernement américain requiert auprès des Au Pairs, il y a la validation de 6 crédits universitaires... enfin, validation, la présence en cours, uniquement. En effet, on ne nous demande pas de travailler à la maison comme les autres étudiants, on n'assiste pas aux examens, on fait juste de la présence.
Je me suis donc inscrite, mi-janvier, à l'université du coin Ramapo College of New Jersey. Une fois tous les élèves "normaux" inscrits, les listes sont ouvertes aux Au Pairs (en fonction des places libres). Il faut donc trouver un cours qui nous plaise mais avant tout (et c'est bien dommage que les intérêts ne passent qu'au second plan), qui colle à notre emploi du temps. Avec 2 copines Au Pairs, qui sont là depuis l'été dernier, qui ont déjà assisté à un semestre dans cette université et qui m'avaient prévenu que ce n'est pas super folichon, nous avions décidé de choisir d'aller au même cours : quitte à ce que ce ne soit pas drôle, autant y aller ensemble. Et puis, quand la liste s'est présentée, elles m'ont proposé d'aller avec elle au cours sur l'Amour et l'Amitié en Philosophie.
Aïe! J'ai fait un Bac L, et quand on n'aime pas d'amour la philo, 8 heures par semaine, c'est loooong et ça marque! Je ne voulais pas du tout faire ça. En plus de ça, un autre cours, à la même heure, les mêmes jours, avait un titre assez attirant : les Migrations Internationales et les Droits de l'Homme. Je n'avais aucune idée de ce que ça pouvait bien être, mais rien que le titre, c'était beaucoup plus intéressant que la philo! (ceci n'engage que moi)
J'ai donc fait faux-bon à mes copines... Et puis après tout, je n'avais pas besoin d'elles pour aller en cours. Si je suis partie si loin et (relativement) si longtemps, c'est bien pour vivre MA vie et pour faire MES choix sans avoir besoin de quelqu'un d'autre à côté de moi pour me tenir la main, non?
Alala, quel bien m'a pris! C'était PA-SSIO-NNANT!
Ce qui est dommage, c'est qu'on nous fait commencer les cours après les autres, donc on rate le début, mais j'ai assez rapidement compris de quoi on allait parler : du respect (ou non, plutôt non d'ailleurs) des Droits de l'Homme envers les gens qui quittent leur pays pour aller vivre dans un autre (légalement ou pas, là n'est pas la question).
Sujet assez dur, autant par sa complexité que par la sévère réalité de ce qu'on aborde. Mais rendu encore plus intéressant par un professeur qui sait de quoi il parle. Behzad Yaghmaian est prof de politique économique à Ramapo, OK, mais il est aussi écrivain et journaliste. Il a écrit un livre poignant, recueil de témoignages de personnes vers lesquelles il est allé, et qui étaient sur le chemin de leur pays rêvé (souvent, un pays d'Europe occidentale). Si vous lisez l'anglais, je vous conseille donc vivement de lire Embracing the Infidel. C'est un très beau livre, je trouve. Il a aussi écrit des article dans la version anglophone du Monde Diplomatique et dans d'autres journaux américains et j'en passe. Et comme vous le voyez, il ne s'appelle pas John Smith... il est iranien, et sais donc à 400% de quoi il parle, grâce à son propre vécu et . Et croyez-moi,  quand vous l'écoutez raconter ce qui lui est parfois arrivé, soit vous hallucinez grave, soit vous avez des frissons dans le dos... mais trop souvent les deux en même temps! Mon Dieu, rien que d'y repenser...
J'ai donc passé un semestre extrêmement intéressant. J'ai appris beaucoup de choses. Des choses concrètes et complètement ancrées dans l'actualité, et qui me permettent de voir les "problèmes" d'immigration d'un autre œil, plus critique, et je l'espère, plus vrai et plus humain.
Et conclure ce semestre par des félicitations pour l'unique devoir qu'il nous a demandé de faire et que j'avais pourtant rendu sans satisfaction particulière (perfectionniste que je suis), c'est bien agréable, vous ne croyez pas?

N'hésitez pas à lire les travaux de Behzad Yaghmaian.
Et, parce qu'un jour, au détour d'un cours, il nous a parlé de cette photographe, allez aussi faire un tour sur le site de Lynsey Addario.
------

Amongst the different things the American Government requires from Au Pairs, we have to attend college for, at least, 6 credits... really just attend. We officially don't need to do the homework, take exams etc.
So, when January arrived, I decided to go to Ramapo College of New Jersey, which is the closest college from where I live. Once all the "normal" students picked their classes, Au Pairs are given the list of classes where seats were still available. Then, it's up to our schedule and interest (unfortunately, interest has to come second). With 2 of my Au Pairs friends, who had already spent a semester there (because they arrived last summer) and who warned me it was not fun at all, we decided to pick the same class: if it's not to be funny, let's do it together, at least. When we finally got the list of classes, they asked me if I was OK going to a class about "Love and Friendship in Philosophy".
Ouch! When I was in Senior Year in High School in France, I was in a literary class and we had 8 hours of Philosophy each week. It was looong, and when you don't LOVE it, you very easily overdose, so I did not really fancy taking this class. And there was another class, at the same time and the same days, that attracted me : International Migration and Human Rights. At that time, I had no idea what it could precisely be about, but just the title sounded a way more interesting than philosophy! (to me, at least).
So I let my friends down... but after all, I didn't need them to go to college. If I left home to go so far, and for (relatively) such a long time, isn't it to live MY life, to make MY choices without always having somebody holding my hand?
Well, that was a very good idea. It was so interesting!
What was a shame is that they made us start after the real begining of the classes, so we missed some classes, but I quite quickly understood what it was about: the compliance of the Human Rights (or rather, ABUSES) towards the people leaving their country to go live somewhere else (legally or not).
Tough topic, both because of its complexity and of the harsh reality of what is discussed. But what made it even more interesting is that my teacher definitely knew what he was talking about. Let me explain.
Behzad Yaghmaian is a Professor of Political Economy, that's right, but he is also a writer and published articles in a bunch of newspapers, such as Le Monde Diplomatique. He wrote a poignant book, a collection of testimonies from people he went to speak to. People en route to their dream destination country (often in Western Europe). I deeply advise you to read Embracing the Infidel. It's beautiful! And as you can read, his name is not John Smith. He is Iranian and knows 400% of what he's talking about, from the inside, through his own story and the ones of the people he personally met. And, believe me, when you listen to him telling you some parts of those stories, you whether refuse to believe this happens or it gives you goosebumps... but it's usually both. Oh my! Just to think about it...
To sum up, I spent a very interesting semester. I learnt a lot. Very concrete things, totally anchored to the current events and that now let me appreciate the "matter" of migration differently. I think, I hope my opinion on that subject is now more critical, more real and more human.
And to end the semester with congratulations for the unique paper you were asked to hand in, isn't it great? And, I should add, a paper I was not fully satisfied with (am I a perfectionist? Absolutely!). How delightful!

Do not hesitate to read Behzad Yaghmaian's articles and books.
And because one day, talking about different things in class, he mentionned this photographer, you can also visit Lynsey Addario's website.

4 commentaires:

  1. Ouh là là, je suis en retard dans la lecture de " ton chez toi "... Reviens dès que je peux...
    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  2. il n'y a pas encore le feu au lac, prends ton temps!!
    bonne journée à toi aussi

    RépondreSupprimer
  3. Je ne dirais qu'un mot : congratulations !!

    RépondreSupprimer