Quand 2010 commence en février...

A croire que le marché de Noël m'a tuée et que je m'en remets enfin! Bon, certes c'était fatiguant mais ce fut une expérience riche (quelle expérience n'est pas riche d'enseignement, me direz-vous?). Alors oui, même 2 mois après, si je peux manger autre chose que de la soupe, je le ferais mais c'était vraiment quelque chose à vivre, et surtout humainement. Des rencontres, des découvertes, des saveurs, des essais, des réussites, de l'énergie, de la bonne humeur, de la neige (oui, aussi)... bref, je suis heureuse d'avoir vécu ça!

Mais après être rentrée dans mon nouveau chez moi, il a fallu reprendre ses marques, de nouvelles marques qui plus est et la cuisine n'était pas en haut de la liste des priorités. Et même une fois remise aux fourneaux, ce fut un échec (j'ai quand même réussi à rater la cuisson du délicieux gâteau au curcuma de Marie des Indes, oui oui... c'est pour dire). Et puis bon, essai ultime "si je rate le gâteau au yaourt, j'arrête l'acharnement et on verra plus tard, quand ça reviendra".

Quand 2010 commence en février…


Ha! Quel gâteau au yaourt! Je me suis sentie un peu comme Kronk, avec un ange sur l'épaule droite qui me dit "pas de zèle Maïlys. Tu connais la recette de ta Manou par cœur, tu la respectes, tu n'essaie pas de faire je ne sais quoi... retour aux bases et basta!". Mais sur l'autre épaule, un diablotin me susurrait "non mais c'est bon quoi! Un gâteau au yaourt! Tu le faisais déjà haute comme 3 pommes, c'est LE gâteau à la portée de n'importe qui alors ça va, tu peux innover un minimum, ça va pas tout gâcher" et puis, je m'y mets. Récapépétons les ingrédients : 1 pot de yaourt, 2 pots de sucre, 3 œufs, 3 pots de farine (à levure incorporée, vu ma consommation.... ça fera de la place dans le placard), 1/2 pot d'huile, 1 pincée de sel. OK, c'est parti mon kiki.
A lors, 1 pot de yaourt. Je le passe sous l'eau, je l'essuie. 1 pot de sucre.... ARGH! je n'ai qu'UN pot de sucre. Mais euhhhh, qu'ai-je donc fait pour mériter ça???? Bon, bah tant pis, je m'étais refusée d'utiliser le reste de muscovado utilisé pour les cookies mais là.... ah bah il n'en fallait pas plus, tout juste un pot de chaque. Bon ça commence bien. Je termine... je goûte, pour être sûre que ce soit assez sucré... mouais, bon, une cuillère à soupe de sucre glace, ça ne tuera personne... oh et puis tient, tant on y est, de la vanille. Allez zou! Foutu pour foutu....
Et puis un MIRACLE s'est produit, le gâteau était parfaitement cuit et délicieux.

Du coup, ce midi j'ai voulu voir de quoi j'étais capable avec un défi de taille : frigo proche du vide intersidéral. Et puis, en réfléchissant, ouvrant placards, frigo, congélateur, re-placards, re-congélateur, re-frigo.... j'ai réussi à obtenir CA :

Quand 2010 commence en février…


Je ne vous cacherai pas que j'étais assez contente de moi... Bon, ce n'est que le début. Par contre, je pense que les voisins d'en face vont vite croire que je fume la moquette mais c'est pas de ma faute si le soleil est de ce côté là à midi, il faut bien que je vous montre quand même ^_^

Pasta vide-frigo et placard :
1 fond de paquet de liguine (à vue de nez, pour une personne... et ça l'a fait parfaitement)
1/3 boîte de tomates séchées marinées
1 gousse d'ail
1 barquette de poulet rôti émincé (au rayon dés de jambon, lardons and co.)
une pincée de basilic déshydraté

Bon alors j'annonce tout de suite, je ne pensais pas me remettre à bloguer en réalisant cette recette et dans mon désespoir, j'ai fait des choses encore moins compréhensibles qu'incompréhensibles... vous allez voir pourquoi je dis ça.

Mettez à bouillir de l'eau salée. Plongez-y les linguine et faites-les cuire 10 minutes per la famosa marca italiana.

Pendant ce temps, émincez l'ail.
Rincez les tomates (euhhhh, oui, j'ai fait ça, allez savoir ce qui se passe là-haut) et coupez-les grossièrement, ainsi que le poulet.
Dans une poêle, faites revenir le tout. En théorie, ce sera cuit en même temps que les pâtes.
Egouttez ces dernières présentez-les sur une assiette avec un filet d'huile d'olive (parce que j'ai oublié et c'était un peu secos, quand même) puis disposez les tomates et poulet et parsemez un peu de basilic par dessus (bien sûr, si vous avez du basilic frais, c'est bien mieux!).

Attention, pas besoin de saler! Les tomates séchées marinées sont déjà très salées!

Allez, une autre petite photo pour voir le soleil qui revient, la douceur aussi... et puis le tram passait pile à ce moment-là donc...

Quand 2010 commence en février…

3 commentaires:

  1. Avec ça dans mon assiette , je veux bien manger dans ton placard ou dans ton frigo tous les jours ...
    CLquipopotte???
    Posté par clquipopotte, 19 février 2010 à 22:43

    RépondreSupprimer
  2. c'est gentil Bergeou, ça fait plaisir! Je penserai bien à vous demain ^_^
    Posté par Maïlys, 19 février 2010 à 15:43

    RépondreSupprimer
  3. Contente de te relire !
    Posté par bergeou, 19 février 2010 à 15:39

    RépondreSupprimer